Contact
Actualité Agenda Biographie Discographie Publications Presse Médias
MADAME SE MEURT !
 C’est simple et beau comme du cristal, c’est spirituel et bouleversant. Diction, musicalité, ici on ne craint pas l’expressivité des corps, des gestes, des visages, des regards, des voix. Superbe. Le Figaroscope


Un trio lumineux et inspire?, une plonge?e dans la beaute? tragique. Artistikrezo.com 


 Il faut vraiment aller voir ce spectacle d'une beauté sépulcrale, doucement éclairé, délicieusement mis en musique, interprété avec grâce, élégance et virtuosité.?C'est un moment théâtral à la fois d'une force et d'une délicatesse sublimes. De la cour au jardin – Yves Poey

Sous les doigts d'Olivier Baumont, le clavecin se fait caressant ou grinçant, comme si l'instrument savait les choses de la terre, pressentait celles du ciel et, peut-être aussi, se souvenait de celles des abysses...La voix chaude et grave, la diction noble mais sans raideur de Marcel Bozonnet conviennent à merveille à la langue du Grand Siècle...Dans sa fluide robe blanche, Jeanne Zaepffel illumine le plateau de son timbre juvénile, ici très tendre, là joliment malicieux...Une proposition raffinée, équilibrée et pourtant ardente. La Croix – Emmanuelle Giuliani

 

Emporté par les envolées lyriques de la soprano Jeanne Zaepffel, lumineuse, par le timbre chaud de la voix de Marcel Bozonnet, et le toucher aérien d’Olivier Baumont sur le clavecin, le public se prend à rêver d’un autre temps, d’une autre époque. Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

 

Ce trio impeccable nous bascule, au XVIIe siècle, dans le récit d'une courte vie achevée à l'âge de 26 ans, celle d'Henriette-Anne d'Angleterre, épouse de Philippe d'Orléans. Marcel Bozonnet retrace, à coups de souvenirs puisés chez Bossuet, Saint-Simon, Madame de La Fayette, le destin d'une femme qui ne voulait, au fond, qu'être heureuse. Ce qu'elle paya au prix fort. Saisissant. Sortir - Télérama



Classicagenda/Revue du spectacle/culturebox
Choc Concert Appogiature Janvier 13
G.Ph Telemann
 Le 26 novembre 2012, au Théâtre Le Ranelagh de Paris, Olivier Baumont a choisi d'offrir un récital dérivé de ces affinités européennes - en l'occurrence, leur versant français. C'est en toute logique, par conséquent, que l'artiste a disposé, entre une ouverture (sol majeur) et deux Fantaisies (do mineur & do majeur) de Georg Philipp Telemann figurant dans le corpus ci-dessus, cinq Pièces de Jean-Henry d'Anglebert (1628-1691) et une Suite de Jean-Philippe Rameau (1683-1764).

Du premier, dont l'œuvre intégral a été enregistré par Christophe Rousset ou Scott Ross (ce dernier y ajoutant les Fugues pour orgue), Baumont sait faire ressortir l'exquise délicatesse. Ces Prélude, Allemande et autres, pas forcément d'une personnalité flagrante, requièrent, comme souvent dans l'école française, suffisamment de détachement vis à vis du texte, pour faire ressortir tout leur charme de camées. Mieux, leur élégance un peu grêle de porcelaines... ce qu'illustre à la perfection le visuel retenu pour le disque.

L'allure change de braquet avec Rameau, ne serait-ce que par l'ampleur de la Suite en la mineur qu'il écrivit à l'âge de vingt-trois ans. Dotée de huit mouvements très contrastés (Allemande et Sarabande étant doublées), parmi lesquels une Vénitienne (1), elle est assise sur une perfection harmonique et formelle semblant ouvrir toutes grandes les portes du siècle nouveau. Elle partage également son éloquente faconde avec la verve de Telemann... lequel n'est rien d'autre, à peu d'années près si l'on y songe, que le strict contemporain du Dijonnais !

Pour servir celui-ci comme celui-là, Baumont tire profit d'un clavecin dont les volumes parfaits, tout comme la sobriété de décor, s'intègrent à merveille aux riches boiseries du Ranelagh, tout en frises, bas-reliefs et médaillons : voilà pour l'élément visuel. Dès qu'intervient le composant sonore, une alchimie particulière opère entre ce cadre, aux touffeurs de bonbonnière, et le suc capiteux que l'artiste extrait de chaque touche, avec une habileté de sorcier vaudou.

Ceci est non seulement affaire de métier (transcendant), de goût, d'intelligence dans le choix des ornements - mais aussi, dans les deux acceptions, physique et psychologiques, de tact. Ceci, en public comme devant les micros, rejoint à la lettre les explications si joliment fournies par ailleurs (note 3 de l'article précédent) : "(...) agréments, mètres dansés, notes inégales et écriture luthée pour [l'influence de] la France". De la sorte resplendit Telemann : toute l'Ouverture TWV 32:13, où les incessants entrelacs dynamiques le disputent à un fruité tout à fait exceptionnel, naît autant d'un toucher sculptural, que d'un instrument hors pair.

Fidèle à sa seconde nature de pédagogue - espiègle de surcroît - Olivier Baumont ne se contente pas,  avec les deux Fantaisies, d'enfoncer le clou de la francité de Telemann : il a l'idée de rendre celle-ci plus chaleureuse, plus vivante et plus vraie, en concluant par les talents du comédien Nicolas Vaude - revêtu des atours du compositeur, qui se présenterait lui-même en quelques mots. Rien d'artificiel ni de rébarbatif, au contraire... Offrant un écho très baroque aux Tendrement ou Gayment de la musique - et quelle musique ! - ces courtes explications de bon aloi  forment avec elle un point de croix de nature à ravir l'assistance.

Telle osmose entre la plus rigoureuse investigation (adossée à un matériau d'autant plus exigeant que peu fréquenté), la plus accomplie des techniques, et le plus stimulant des dons de soi, cela porte un nom. Appelons-la l'instant de grâce.

(1) Le XVIII° siècle, s'il est le temps du déclin économique et social de la Sérénissime, est aussi celui de l'avènement de sa notoriété - à laquelle les védutistes (peintres de panoramas, vedute) Canaletto, Guardi et Bellotto contribueront de façon déterminante. Canaletto n'est que de quatorze ans le cadet de Rameau.



Liens