Georg Philipp Telemann

Œuvres pour clavier

Œuvres pour clavier

Œuvres pour clavier

(Lorely / Harmonia Mundi, 2012)

Presse & critiques

« Compositeur encore mal considéré parce que trop prolixe, Telemann réserve pourtant de savoureux propos à qui prend la peine de l’écouter. Ce disque le prouve avec une rare pertinence par sa construction, le choix des instruments et, bien sûr, l’interprétation [...] Olivier Baumont trouve toujours le ton juste et le geste approprié. Le panache de l'ouverture, la malice des bourrées, la tendresse d'une aria d'un côté, les oppositions entre soliste et orchestre de l'autre, la lisibilité des seconds plans, donnent du relief à un portait de Telemann que colorent avec générosité les épisodes cursifs des fantaisies avant la prière intérieure des chorals. Telemann mérite décidément mieux que la moue avec laquelle il est encore trop souvent accueilli. »
Classica

« Serait-ce la première fois qu'un récital balaie la production pour clavier de Telemann dans toute sa diversité - une ouverture, les nombreuses fantaisies en 3 ou 4 volets concis, des préludes de choral et un concerto transcrit de Bach - ? Pas impossible. Autre bonne idée d'Olivier Baumont, varier les clavecins et confier au clavicorde, instrument de l'intimité, la prière des trois "Jesu Meine Freude"; l'ouverture et le concerto profitent de la palette d'un généreux Goermans, et les fantaisies sont partagées entre 3 joyaux des collections Guillou/Dubuisson, deux clavecins italiens et un français XVIIè. Quel luxe! [...] »
Diapason

« Magnifique concert de joie et de tendresse, d'énergie, entre goût italien et style français, pour ce quarantième plus ou moins, enregistrement d'Olivier Baumont. [...] Dans l'immense océan des compositions de Telemann qui est emporté par la vague liturgique, le clavier ne tient pas numériquement une grande place (un peu plus de 20 opus) mais sous les doigts et dans l'oreille d'Olivier Baumont, c'est du grand clavier. »
Musicologie.org

 « Voilà une interprétation engagée, époustouflante, virtuose et élégante, d’une grande présence musicale, d'œuvres pour clavier de Telemann. Le clavecin dans tous ses états, mais aussi le plus rare clavicorde, comme on n’aurait osé le rêver ! Des pièces d’inspiration française et italienne, interprétées sur cinq clavecins différents et un clavicorde. Un pur régal »
L’éducation Musicale

« Olivier Baumont avance sur des neiges peu foulées voire vierges avec la rigueur, l’intelligence et le perfection auxquelles il a habitué les mélomanes tout au long de sa dense discographie [...] Professeur de clavecin au CNSM, ce grand expert de baroque français (mais pas que...), claveciniste exigeant et élégant, est un grand spécialiste des XVIIe et XVIIIe siècles. Une passion qui n’en fait pas pour autant un nostalgique fleurant bon la naphtaline ou un artiste déconnecté de son temps. Grand cinéphile devant l’éternel, Baumont qui aime à dire que « la poussière n’est pas toujours là où l’on croit », avoue même un certain intérêt pour... le rap ! »
Qobuz

« Ce CD est une merveille de bon goût : la pochette, le livret, la décoration, les instruments, la musique, l’interprétation, tout y est à l’image de ce personnage de porcelaine en costume de cour, fin, subtil, délicat, fragile, précieux, qui orne le digipack [...] Ce concert d’une heure coule avec une rapidité étonnante. L’humour, la grâce, la légèreté de Telemann sont magnifiquement servis par cet album séduisant. »
On-mag

« Les œuvres présentées ici sont pour la plupart inconnues mais passionnantes. L’Ouverture en sol est magnifique et s’impose comme une véritable musique de cour. Le Concerto est une partition majeure, ici transcrite par Bach, aux accents brillants, festifs ou retenus comme l’élégant Adagio. Les Fantaisies qui suivent sont pétillantes, jubilatoires. Le Tendrement de la Fantaisie en do mineur est totalement élégiaque. Le Gayment de la Fantaisie en do majeur est sautillant, plein de fraicheur. Seuls peut-être les trois chorals interprétés sur clavicorde sont plus anecdotiques [...] l’intérêt musicologique s’impose ici. Olivier Baumont joue des instruments français ou italiens. Ses phrasés sont rigoureux, précis. Il faut enfin souligner l’élégante présentation de cet enregistrement lumineux. »
Utmisol